7 générations, une histoire qui continue

Roselyne Gavoty succède à son père Pierre Gavoty dans les années 80, aujourd’hui, d’autres membres de la famille ont plaisir à continuer de bâtir l’histoire du domaine…

Une personnalité du monde paysan va marquer la vie du domaine de 1940 à 1980 ; c’est Nicodème Dotto qui est régisseur et va connaître le choc de culture gigantesque que représente le passage de la charrue à cheval, à la motorisation grâce à l’arrivée des premiers tracteurs.

A partir de 1985, Roselyne Gavoty prend en charge la vinification et donne une nouvelle orientation commerciale.

En 2001, elle prend la totalité de l’exploitation en charge avec l’aide de son mari Hervé.

Situé sur la VIA AURELIA, le domaine de Campdumy (« champs des vendanges » en vieux provençal, dispose d’un riche passé historique, dont témoignent certains vestiges romains :

La borne milliaire datant de NERON (58 après J.C.) a été retrouvée sur le domaine et se situe actuellement dans notre caveau de dégustation. Une traduction du texte en latin est disponible.

Philémon Gavoty fit l’acquisition de la propriété en 1806.

André Gavoty journaliste littéraire à la Revue Des Deux Mondes alors aux commandes, confia la gestion du domaine en 1960 à son neveu Pierre (1925-2006).

70’s introduction du Rolle en CD Provence par Pierre Gavoty

Bernard Gavoty, (1906-1980) critique musical au Figaro, héritier du Petit Campdumy, écrivait sous le pseudonyme de CLARENDON s’associa alors avec Pierre en 1960 pour organiser une commercialisation commune des vins des deux exploitations : le Petit et le Grand Campdumy.

1965 ; classement des terres du domaine en AOP Côtes de Provence

Depuis 2000’s Roselyne et Hervé font évoluer la gestion du vignoble vers une agriculture plus respectueuse ; disparition progressive de la chimie : enherbement naturel, expérimentation de semences, diminution des doses de sulfites et des intrants, réintroduction de levures indigènes… retour en arrière !

Labélisation en agriculture biologique 2020

La nouvelle génération arrive petit à petit à partir de 2022.

Notre métier de vigneron

Notre Domaine est situé dans les collines du Var, qui sont considérées au sein de l’appellation Côtes de Provence comme « la zone des extrêmes » ; tant sur le plan du climat que des reliefs. En effet nous avons parmi les moyennes de températures les plus élevés l’été, les plus froides l’hiver, des amplitudes thermiques Jour/nuit très importantes. Autant de facteurs favorables à la fraicheur de nos vins et leur aptitude à la garde. Être séparé de la bordure maritime par le massif des Maures, nous impose ce climat continental avec ses avantages mais aussi les inconvénients de subir de nombreux aléas climatiques (gelées printanières, orage de grêle).

 

Localisé sur des sols du TRIAS, (plateau TRIASIQUE) le vignoble est planté dans le calcaire et l’argile. Ces argiles sont dotées d’une capacité de rétention d’eau permettant au vignoble une meilleure résistance à la sècheresse. Des calcaires dolomies sont également présentes en profondeur, ils sont alvéolés et très poreux.

Nous travaillons les cépages cinsault, grenache, rolle, syrah, carignan, cabernet sauvignon, ugni-blanc, merlot et clairette sur les nombreuses et différentes pentes et expositions.

Nos vignes, bordées de collines peuplées de chênes verts et blancs ainsi que de pins, attire une riche biodiversité (chevreuils, sangliers, lièvres…).

Notre vignoble, certifié Agriculture Biologique depuis 2020, d’un seul tenant, se situe sur la commune de Cabasse. Notre pratique de la viticulture découle de notre volonté d’entretenir des vignes bien implantées, qui puissent vieillir longtemps et en cohérence avec leur environnement.

Nous pratiquons le semis d’engrais verts pour enherber les parcelles avec des plantes qui bénéficient à la vigne, limitent le ruissellement et l’échauffement du sol, tout en améliorant ses qualités structurales. Un travail du sol superficiel et pratiqué un rang sur deux, pour l’aération et limiter la concurrence hydrique.

Nous mettons tout en œuvre pour favoriser la vie de nos sols, dans l’objectif d’améliorer la résilience de nos vignes faces aux aléas climatiques.

Certaines parcelles sont régulièrement complantées : les ceps morts sont remplacés par des nouveaux afin de garder une densité de plantation correspondant à nos exigences.

Lorsqu’une parcelle de vignes est arrachée, nous laissons reposer la terre au moins 4 ans et nous y semons de la luzerne pour effectuer une rotation de cultures et nourrir les animaux sur place.

Pendant les traitements, nous utilisons différente préparation à base de plantes, qui stimulent la vigne dans ses processus de défense, afin de diminuer les doses de cuivre.